ISSN : 2266-6060

Pointillés


Paris, octobre 2016.

Le Palais de Chaillot est décidemment un drôle d’endroit. De style « monumentaliste néoclassique », ce legs architectural de l’entre-deux guerre renferme un certain nombre d’œuvres nabis et art déco, pour beaucoup oubliées, et qui sont depuis quelques mois l’objet d’une campagne de restauration.
Il faut imaginer que de petites mains spécialisées commencent par poser une feuille de papier de soie afin de protéger la toile et appliquent une couche d’adhésif. Le revers de la toile est ensuite nettoyé pour faciliter l’imprégnation de la colle pour le refixage de la couche picturale. Les déchirures de la toile et les accrocs sont comblés, le châssis rentoilé et le nettoyage peut à proprement parler commencer. Les restaurateurs entreprennent de décrasser en concentrant le mouvement méticuleux de leurs coton-tige. Une fois la toile propre, ils et surtout elles peuvent alors mastiquer, remplir les lacunes de la peinture et appliquer un vernis. Chaque toile rafraichie représente plusieurs semaines sinon plusieurs mois de travail.
Dans toute la galerie, les étapes du chantier sont laissées visibles. Les échafaudages ont été retirés, mais il semble que de tous côtés on ait ajouté de fins traits de peinture blanche pour mieux donner à voir les premières zones d’intervention. Ces traits font-ils partie des protocoles ordinaires ou bien s’agirait-il, à nouveau et cette fois en pointillés, de cette forme vénérée de transparence qui trouve insatisfaisants les rapports d’activité et les bulletins d’information ?



Laisser un commentaire