ISSN : 2266-6060

Fluidité

Paris. Août 2009.

Le monde change. Le temps se fait mouvement. L’espace devient liquide. Le déplacement s’accélère, au point que l’abolition des frontières devient une condition nécessaire à la circulation tout azimut… Pour autant, la liberté d’aller et venir reste soumise à des contrôles réguliers pour vérifier l’identité des personnes, examiner la conformité et la provenance des marchandises, traquer les contrefaçons.
Certains gardes-barrières ont abandonné leur fixité et sont, eux aussi, devenus mobiles. Autrefois campés dans un sas bien délimité à travers lequel passaient une à une les entités contrôlées, ce sont désormais eux qui se déplacent constamment pour rester au plus proche des mouvements qu’ils cherchent à capter. On ne marque donc plus un site particulier, mais un mobile qui arborent “douanes” sous trois formes : une inscription sur le gyrophare, un autocollant sur le coffre, et un LED (Light-Emitting Diode) sur la plage arrière du véhicule.
Si les formes de marquage se sont déplacées, les gestes ont aussi changé. Le coup de sifflet et le bras tendu vers un lieu de stationnement qu’il fallait rejoindre pour le contrôle ne sont plus à l’ordre du jour. L’impératif de rester en mouvement est premier. Bien utile pour se lancer à la poursuite de ceux qui refusent l’injonction de l’index tendu et accélèrent au lieu de s’arrêter. Indispensable pour indiquer au véhicule qui roule derrière qu’il va être contrôlé. Le LED s’anime alors et déroule une phrase aussi injonctive que le coup de sifflet associé au bras tendu : “douane veuillez nous suivre”.