ISSN : 2266-6060

Légende

Tunnel du Mont-Blanc, juin 2009.

Les deux collègues étaient partis de Paris dans l’après-midi direction Trento, où les attendaient une conférence passionnante, montée par un petit groupe de sociologie urbaine décidé à produire un ouvrage commun prometteur. Ils allaient y parler de signalétique, de panneaux du métro et de politique de l’attention, sujets qui les tenaient à cœur depuis un certain temps et qu’ils venaient de refermer provisoirement par l’envoi d’un manuscrit pour évaluation aux éditions des Presses des Mines. Les kilomètres s’envolaient sans même qu’ils ne les remarquent, évaporés dans le courant continu de leurs bavardages. Puis vint la montagne et l’entrée du tunnel. De l’autre côté, ce serait l’Italie, que ni l’un ni l’autre ne connaissait. Une fois le droit de passage acquitté, la dame du guichet leur tendit une poignée de documents. Celui qui ne conduisait pas y jeta un œil distrait jusqu’à ce qu’il tombe sur ce carton qui reproduisait les différents panneaux du tunnel et invitait les usagers à y faire particulièrement attention. Bouche ouverte, il dit simplement « tu ne vas pas me croire ».